Frederic Basset.jpg

HELLO, C'EST FRÉDÉRIC

 

MON HISTOIRE

Un passionné de la vie, qui à eu la chance de prendre conscience de ses erreurs, d’aller visiter le monde et de trouver les trésors qui sommeillent en lui. Pour ensuite se rendre compte qu’il était bien plus que ses trésors du passé qu’il cachait. Qu’il avait le droit d’être lui. De découvrir l’union en lui et autour de lui. 


De là le chemin du manque, de prouver, d’affirmer et de petit pouvoir a disparu pour laisser place à la puissance d’être Soi. D’accueillir ses émotions, de voir au-delà des masques, des peurs. De garder la foi quand les épreuves de la vie viennent frapper à la porte et d’oser les accepter et les vivres. 
Petit à petit sortir des jugements envers les autres, envers Soi. Voir les illusions que l’on crée, goûter à sa vérité. La partager avec ceux et celles qui choisissent de prendre le chemin qui mène à soi.
Bienvenu

 
 

Bonjour à tous, 

Merci de prendre le temps de me lire.

Je m’appelle Frédéric et depuis toujours la vie est riche avec moi. J’ai choisi de vivre pleins d’expériences folles qui étaient parfois agréables et parfois très désagréables, mais ça fait partie des expériences de l’apprentissage. On est venu apprendre à explorer la vie, alors vivons tout cela en conscience.


Mon Enfance

Dès mon plus jeune âge je me suis occupé de mes parents, un papa alcoolique, une maman angoissée, bloquée dans ses peurs. De là très vite j’ai appris à faire le joint entre les deux, m’occuper de ma maman quand elle était malade et aller chercher mon papa dans les pubs à 22 h - 23 h. Ceci dès l'âge de 6 ans.

Ils m'ont négligé, rejeté, parfois même abandonné. Jamais volontairement, mais parce qu'ils avaient peur de me voir, donc de voir une partie d’eux-même.

De là j’ai appris à prendre sur moi, une véritable éponge émotionnelle, 75 kg à 9 ans. C’était important que je sois fort et que je me protège face à ce que je vivais. En plus ma maman avait senti le bon sauveur qui était en moi. Je découvris la dépendance émotionnelle, le pouvoir, la manipulation, mais surtout la tristesse de grandir trop vite, d’être incompris, d’avoir peur, de le crier, mais personne ne m’entendait. Alors je souffrais en silence en priant pour qu’un jour tout cela s’arrête.

Dès 12ans - La Chute

Mes prières se sont réalisées, un divorce violent entre deux, le petit roi que j’étais a perdu son royaume, son empire. La réalité de la vie m'est arrivée en pleine figure et c’était très dur. Ayant grandi dans les dépendances, je suis tombé dedans très vite: drogues, alcool, rébellion, la totale…

A 18 ans, après avoir échoué deux tentatives pour mettre fin à ma vie, je me fis une raison et je choisis de reprendre ma vie en main avec le sport, en sortant des fréquentations qui pouvaient me faire replonger. Une nouvelle vie commença, stop au cigarettes et à tout ce passé où je me détruisais pour appeler au secours sans que personne ne m’entende.


Ma renaissance - J'apprends à vivre

Je choisis de faire un apprentissage et à ce moment-là tout s'est ouvert devant moi. C’était dur, mais j’ai développé une grande force. J’avais deux jobs pendant mon apprentissage. J’ai choisis de m’accrocher à la vie, même si je n’y croyais pas et que je ne voyais pas à l’époque où cela pouvait me conduire.

A la fin de mon apprentissage, je passai également ma ceinture noir de taekwondo. De là je me suis mis à travailler dans les centres de remise en forme, dans le sport. C’était génial de pouvoir partager le mouvement avec les gens, d’enseigner, d’offrir, de donner ce qui m’avais sauvé la vie à un moment où je me disais que tout était fini. Que j'étais allé trop loin. Que jamais je réussirai à m’en sortir.

Et bien, vous savez quoi, j’ai réussi! Et encore mieux que ce que je pensais, mais j’avais honte de mon passé et je me cachais. J’ai vu que je brillais, que j’étais reconnu. Finalement. Depuis tout ce temps. C’était génial: mon investissement fut à son paroxysme. Matin, midi et soir, tout le temps sans pause, à fond, ce qui m'a valu d’aller très loin dans ce travail.


Ma réussite sociale

J’ai commencé comme prof de cours collectif et en 5 ans j'étais à la tête de 2 fitness avec 15 employés. Je donnais 10 cours par semaine en plus de mes entraînements, le rêve. Puis je me suis rendu compte que je m’étais enfermé dans un masque, une illusion, car ce n’était pas moi. C’était mes souffrances, mes désirs de prouver qui avaient pris le dessus. Au moment où je m'en suis rendu compte, je suis parti en voyage de 3 semaines au Pérou.

Là, la révélation de mon enfermement, pouvoir me montrer à mes parents, à la société, mais moi là-dedans ou étais-je?

Je faisais des formations de PNL d’hypnose, de magnétisme et j’allais voir de nombreux thérapeutes holistiques. Mais c'était juste pour me rendre plus fort, mieux manipuler mon entourage, aller plus loin dans la folie qui me consumait de l’intérieur…le pouvoir, la reconnaissance, la soif inépuisable que l’on me voit et que l’on me reconnaisse.

La naissance du Voyageur

J'ai eu la chance de faire un mois de service civil avec des handicapés. A ce moment révélateur: la décision était prise, je quitte mon job et je vais découvrir le monde.


6 mois plus tard je pars sac à dos en Inde, mon chemin spirituel commence, je vois, je sens, je revis face à moi-même. Je me découvre de jour en jour. Je m’affronte. J’ai peur. Je rencontre de grands gourous, maîtres, enseignants qui chacun m’offre de précieux moments qui raisonnent en moi et qui me montrent qui je suis vraiment derrière ce masque de l’identité que j’ai crée, qui me protège certes, mais qui m’enferme également. 

Amma, me donna le réconfort d’une mère à son enfant, ce qui calma la rage et la colère que j’avais contre la mienne. Elle m’apprit d’où je venais. Ensuite je découvris la médiation transcendantale. La joie de la connexion à l’univers, les chants védiques des écoles traditionnelles hindous. Le Gange et ses vertus mystiques. La philosophie tibétaine à Dharmasala dans le temple AUM, où tous les matins ils m'ont fait le cadeau des chants sacrés, de découvrir les puissantes vibrations sur le corps, la connexion avec son propre corps vibratoire arc-en-ciel. Le site d’Auroville m’appela. Je découvris des talents d’écrivain, et surtout la chance d’aller méditer dans le Matrimandir, une expérience magique.

Ma route continua au Népal, où je me suis reconnecté avec la nature et sa puissance, ainsi qu'avec 10 jours de vipassana où je pris conscience que malgré tout ce que je faisais, j’étais toujours en quête… oui en quête car ça me donnait une force incroyable pour aller de l’avant. J’avais peur d’être dans le présent. Mais de quoi avais-je peur… de MOI, oui peur de qui j’étais vraiment.

Le choc, loin de tout, sans personne sur qui vous appuyer, à qui parler, juste vous et vous et cette prise de conscience profonde que tout ce que vous avez construit qui fait de vous qui vous êtes: est détruit, tout se casse la figure. Mais ma chance est d'avoir vécu cela plusieurs fois étant enfant -connaître et savoir rebondir.

Je continuai sur la Chine, la Thaïlande, l'Indonésie, le Canada, le Québec, l'Amérique, le Mexique, le Pérou.


Des aventures plus surprenantes les unes que les autres, des rencontres magiques. Chaque personne que j’ai rencontrée était une partie de moi. Elle a éveillé quelque chose en moi et en a guéri autre chose. Cela m'a montré que nous sommes tous unis, que nous en soyons conscient ou non. 


Retour au quotidien - Une douche froide

Le retour fût terrible, car tout ce que j’avais mis en place avant de partir pour me garantir une vie confortable et assurer la peur du manque et reprendre un job ou j’aurais pu continuer ma quête n’avait plus aucune importance. Même la femme avec qui j’étais, que j’aimais profondément, n’avait plus sa raison d’être. J’étais triste de voir cette vérité. Le plus dur c’est que j’avais le choix. On m'a tout mis sur un plateau d’argent: le travail, la voiture de fonction, une vie avec des enfants, tout était juste OUAH… mais tout était tellement faux, remplit de mensonges et sans véritable émotions! C’était triste et j’avais un vide en moi. 

Après tout ce que j’avais compris: recommencer comme avant? Non.

Il fallut une bonne année, mais je réussis à m'en sortir. Je replongeai dans mon ancien job, la relation, tout pour me donner cette chance de voir si… mais non, quand l’appel de son âme est là: rien ne peut vous retenir.


Tout quitter pour suivre son âme

Je choisis de tout quitter. Voir si ce que je ressentais étais juste. Je me suis mis à mon compte comme indépendant, j’avais deux mois de réserves pour survivre et réussir. 1 client… la vie m'a tout mis en place en 2 mois. J’ai démarré, je gagnais de quoi vivre normalement en m’autorisant à avancer à petits pas vers les accompagnements de la guérison.

J’avais peur de ce que je pouvais faire. Je me cachais dernière le coach sportif. La première personne dont je m’occupais a eu un AVC très violent, il ne tenait plus sur ses jambes et après 2 mois intensifs de taichi et de guérison énergétique, il va au CHUV et réussit ces examens à 85%. Même son médecin était "sur le cul". Après cela j’ai continué comme ça par peur de me montrer et que l’on découvre ce que je savais faire et que je sois pris pour un monstre ou un animal bizarre, comme mes parents me voyaient parfois. Il m'a fallu plus de 3 ans à m’occuper de gens en coaching sportif, en passant par le coaching de vie, pour aller vers qui je suis vraiment: un guérisseur.

C’est ce chemin qui était épineux, dur, où j’ai beaucoup pleuré, souffert, qui m'a permis d'en arriver là où je suis aujourd’hui. Qui me permet d’accompagner des gens par la guidance, la guérison, d’être sincère, d’aller voir ce qu’ils cachent, car je me suis permis de faire ce chemin pas à pas, de vivre l’expérience. 


Maintenant, c’est un véritable cadeau, les gens viennent, se libèrent, voient leur vérité, voient qui ils sont vraiment. D’avoir l’honneur et la chance de les accompagner sur leur chemin, c’est magique. 


Ce sont ces multiples expériences qui raisonnent en vous et qui nous permettent de faire un chemin ensemble. Nos âmes ont choisis ce que nous vivons. Si ces mots vous ont appelez, prenons le temps de se voir, regardons ce qui est juste pour vous, où vous en êtes, allons nettoyer ce qui vous empêche d’être vous. 


Merci pour votre lecture, votre temps et qui vous êtes. 


Une merveilleuse journée 

Une belle vie remplie de Gratitude 


Frédéric Basset